VNF

Filière chimie

Les principales caractéristiques du marché national

Taille, ouverture et tendance du marché

77 milliards € (2010) et une balance commerciale positive (environ 5 milliards €). La croissance du marché est modérée. Un redressement significatif s’est produit en 2010 mais la production reste en deçà du niveau d’avant crise.

Gamme de produits

Grande variété de produits finis et semi-finis classés de la manière suivante : les commodités (chimie de base organique et minérale), la chimie fine (à destinations des industries pharmaceutique et agrochimique), l’agrochimie (protection des plantes), la chimie de spécialité (à usage spécifique) et les produits grand public (peinture, vernis, colles..)

Conditionnements

On retrouve ici aussi une grande variété : vrac solides (CMV, le gaz liquéfié doit être transporté en citerne spécialisé), sacs (le PVC peut aussi être en sac), vrac solides pulvérulents (conteneurs avec sachet plastique « line bag »), automoteur chimiquier, développement de la conteneurisation

Image chimie

Contraintes de conditionnement

Les contraintes et les procédures sont liées au statut de matières dangereuses des produits chimiques. Les coûts logistiques représentent près de 10 % du CA des entreprises du secteur. Les contraintes de sécurité forte impliquent le plus souvent de disposer d’implantation bord à voie d’eau. En revanche, on trouve peu de contraintes en terme de transit time.

Les points forts du fluvial

La possibilité de massification et le niveau élevé de sécurité. Les restructurations (concentration, délocalisations, spécialisation) favorisent la logique de plateformes logistiques chimiques trimodales avec une connexion ferroviaire en support du mode fluvial. Le rail, en fort déclin, notamment en raison de l’arrêt de l’offre du wagon isolé, contribue à augmenter le besoin de recours au mode fluvial notamment pour les flux internationaux. Enfin, la règlementation routière en matière de transport de matières dangereuses peut contribuer à l’effet de levier pour un report modal en faveur du fluvial.

Les principales caractéristiques du marché sur le bassin du Rhin

Taille du marché Le marché présente un fort potentiel car la France est le premier client de l’Allemagne (avec 10 % des exportations allemandes du secteur). Or, le marché allemand est très dynamique et affiche des résultats stratégiques : 1/4 de la production européenne en valeur et une place de 2ème exportateur mondial (BASF à Ludwigshafen). Le marché suisse, très orienté « pharmacie » (Bâle est la métropole de chimie-pharmacie), est également facteur de dynamisme.

Situation de la filière

Grande variété de secteurs pour la chimie alsacienne : la chimie de base qui représente 1/3 des entreprises, est en recul. La chimie fine et de spécialité (2/3 des entreprises) est en développement. Le Haut-Rhin est plutôt orienté « chimie organique » tandis que le Bas-Rhin est orienté « chimie minérale ». Le segment le plus représenté est la chimie de spécialité (43 % des entreprises du secteur, en grande majorité étrangères).

Répartition modale

La répartition est équilibrée : 30 % route, 33 % fluvial et 37 % rail. La structure est assez stable mais on constate une légère tendance au transfert du fer vers le fluvial (du fait d’une dégradation de l’offre route). La configuration des implantations industrielles et l’accès direct via le Rhin aux ports pétrochimiques du Benelux favorisent fortement le recours au mode fluvial. L’activité est fortement concentrée autour de trois zones : Lauterbourg, Ottmarsheim et Huningue.

Les points forts du fluvial

Les critères coût, fiabilité du service et fréquence arrivent en tête des points forts. La multimodalité est historiquement intégrée en raison de l’accès direct au Rhin. Comme le besoin d’implantation bord à voie d’eau est marqué, la question de la disponibilité foncière joue un rôle important. La disponibilité de services portuaires adaptés (outil de manutention et sécurité) compte également dans les choix.

Freins au développement du mode fluvial

A l’inverse, l’accessibilité du foncier bord à voie d’eau dans les zones urbanisées ainsi que les questions d’acceptation sociale peuvent constituer des handicaps pour cette filière, ainsi que les difficultés d’implantations d’installations de type Seveso. Autres freins : la non-miscibilité des produits qui génère beaucoup de retours à vide, les fluctuations du niveau de l’eau, la disponibilité des capacités de stockage et la règlementation complexe pour le stockage et transit.

Les perspectives de développement sur le bassin du Rhin

Potentiel du marché et du report modal

Le marché pourrait atteindre 12 millions de tonnes en 2025 (contre 9 millions de tonnes en 2010) et la part globale de la voie d’eau pourrait atteindre 14 % en 2025 (contre 11 % en 2010).

Facteurs de réussites

Les principaux points d’amélioration attendus sont l’augmentation des volumes de stockage, la disponibilité du service, l’offre de solutions logistiques intégrées (transport et manutention), la création de poste de chargement vrac liquide.

Leviers et actions

Le développement de services multimodaux massifiés (rail + fluvial), l’adaptation de l’offre fluviale (sécurité des opérations, qualité des infrastructures, capacités de transport) et la diversification des services logistiques (stockage multi-vrac, accueil produits dangereux).

Filières Engrais

Les principales caractéristiques du marché national

Ouverture et tendance du marché

La France est le premier marché européen avec 20% des consommations européennes (2,3 milliards d’euros).

La production française représente 44% de la consommation nationale. Le marché est en progression.

Conditionnements

Vrac solides (transport en contenant propre et sec pour matières dangereuses), sacs (25-50kg ou big bag de 600 kg) et vracs liquides (barge citerne spécialisée). Les barges utilisées sont généralement de 1000-1500 tonnes.

Part modale

Domination du routier mais les modes alternatifs à la route représentent 30 % des trafics.

Les principales caractéristiques du marché sur le bassin du Rhin

Taille du marché

176 000 tonnes en 2010.

Points forts du mode fluvial

Le coût, la fréquence et la fiabilité du service.