VNF

Filière Conteneurs

Les principales caractéristiques du marché national

Taille, ouverture et tendance du marché

La croissance moyenne annuelle a été de 10 % entre 2000 et 2010 pour les conteneurs maritimes. La croissance annuelle est estimée de 6 à 8 % d’ici 2020 vers-depuis l’Europe. Trois facteurs expliquent ces chiffres : la croissance économique des grandes zones consommatrices, le potentiel de conteneurisation des marchandises en vrac estimé à 10% des marchandises non conteneurisées, la décentralisation des centres de productions par rapport aux zones de consommation.

Gamme de produits

A l’import, il s’agit de produits manufacturés et de produits de grande consommation. A l’export, il s’agit de produits recyclés, de biens manufacturés, de céréales…

Moyens de manutention :

portiques, grues mobiles, reachstackers.

Répartition modale

Le fluvial représentait, en 2010, 8 % des marchandises conteneurisées transportées en France (contre 5 % en 2005), en hausse continue.

Points forts du fluvial

La possibilité de massification.

Les principales caractéristiques du marché sur le bassin du Rhin

Taille du marché

Le marché alsacien totalise environ 300 000 EVP (pleins + vides) dont 60 % d’import (biens de consommation) et 40 % d’export (auto, agroalimentaire, déchet, mécanique). Le trafic des ports alsaciens s’établit à environ 180 000 EVP, réparti aux 2/3 sur le Bas-Rhin et à 1/3 sur le Haut-Rhi
Filière Conteneurs-VC1.1

Situation de la filière

L’Alsace est la première région exportatrice de France et la plus ouverte aux investissements internationaux. Ses portes d’entrées maritimes sont Anvers (70 %) et Rotterdam 30 %. On observe des prises de contrôle de terminaux fluviaux par les opérateurs maritimes, ou encore l’émergence de nouveaux concepts comme celui de « Gate avancée », c’est-à-dire de mise en place de navettes ferroviaires ou fluviales entre terminal maritime et terminal intérieur. Les trafics continentaux (Caisse mobile, conteneur 45’PW) sont encore peu développés dans les ports alsaciens mais en croissance.
Filière Conteneurs-VC1.2

Répartition modale

Le fluvial est très utilisé pour l’export (peu contraint en délais d’acheminement) alors que le rail et la route dominent à l’import. Les ports alsaciens sont bien placés sur leur marché, avec environ 40% de parts de marché, grâce à la présence de trois plateformes multimodales et de terminaux à conteneurs alsaciens bien équipés en moyens de manutention.

Filière Conteneurs-VC1.3

Freins au développement du mode fluvial

Les flux imports sont contraints en transit time, poussant ainsi à l’utilisation du camion. Le coût élevé pour dédouaner un conteneur vers-depuis la Suisse constitue également un frein.

Les perspectives de développement sur le bassin du Rhin

Potentiel du marché et du report modal

Le marché pourrait atteindre 733 000 EVP à l’horizon 2025. La croissance serait progressive, allant de +3 %/an à + 8 %/an à partir de 2019. La part du fluvial pourrait atteindre 48 % en 2025 (contre 43,5 % en 2010) si un certain nombre d’actions sont menées. La part du ferroviaire (très complémentaire avec le fluvial) pourrait doubler sur la période pour atteindre 18%. Le Port autonome de Strasbourg et Ottmarsheim ont les capacités techniques et la taille critique pour adopter une politique d’élargissement de leur hinterland. Le projet de Lauterbourg devrait générer un report modal depuis la route important) . L’ouverture du TC3 sur Ottmarsheim pourrait capter de nouveaux flux.

Facteurs de réussites

  • Les six principaux facteurs de réussite sont :
  • l’amélioration de la compétitivité de l’offre de pré-post acheminement,
  • le développement des zones logistiques portuaires sur le foncier disponible à Ottmarsheim et Lauterbourg,
  • l’élargissement de l’hinterland vers l’Allemagne et la Suisse, la congestion portuaire de Bâle pouvant éventuellement inciter à un report sur les ports français ,
  • le développement des synergies avec les ports maritimes français,
  • le développement des hubs fluviaux et ferroviaires .