VNF

Filières Grande distribution et Agro-alimentaire

Les principales caractéristiques du marché national

Ouverture et tendance du marché

Les leviers de croissance sont plutôt à rechercher à l’international car le marché européen est mature et sensible à la crise économique. Même si la croissance est faible pour ces deux raisons, les trafics continentaux conteneurisés devraient progresser notamment via l’essor des conteneurs 45’PW en parfaite adéquation avec la logistique du secteur. Le potentiel de massification sur la filière devrait augmenter sous l’effet des partenariats logistiques entre les enseignes (sur les entrepôts). On constate également un essor du concept de distribution urbaine. La prochaine taxation du mode routier pourrait permettre un report modal de certains flux.

Gamme de produits

Biens de consommation du commerce de détail : produits alimentaires, produits non alimentaires-spécialisés.

Conditionnements

Flux imports-exports conteneurisés., dont conteneurs à température dirigée. Enjeu lié à la présence d’un dépôt de conteneurs vides sur les plateformes portuaires. Engins de manutention : grues mobiles ou portiques, stackers, TUG-remorque. Bateaux : pousseur 2 barges et automoteur poussant une barge (jusqu’à 280 EVP).

Contraintes de la chaine logistique

La segmentation de la chaîne logistique est plus forte pour la distribution alimentaire (maillage de fournisseurs et d’entrepôts plus dense) que pour les biens non alimentaires-spécialisés). Le maillage d’entrepôts diffère selon la stratégie logistique des enseignes. Pour les flux amont (ports-fournisseurs vers entrepôts), les volumes sont massifiables sur de longues distances, donc captifs pour le fluvial-ferroviaire.

Filière Grd Distri+Agro-VC1.1

Points forts du fluvial

Le fluvial n’est pertinent que sur les flux amont entrepôts et interentrepôts. Le fluvial offre des solutions de stock flottant. Le marché est contrôlé par des industriels gérant des volumes importants et pour lesquels les modes massifiés sont stratégiques. Ceci explique que les industriels du secteur sont sensibles au transport fluvial.

Les principales caractéristiques du marché sur le bassin du Rhin

Taille du marché

Pour la grande distribution : 90 000 EVP tous modes confondus (conteneurs consolidés et ceux déconsolidés en zone logistique et arrivant en camion en Alsace) auxquels s’ajoutent 80 000 EVP en Lorraine et 30 000 EVP en Franche-Comté. L’agroalimentaire représente 7,2 millions de tonnes.

Situation de la filière

La répartition des entrepôts est homogène le long du Rhin même si on note une concentration autour de Mulhouse et Strasbourg.

Répartition modale

La part modale du fluvial, en 2010, était de 25 % pour la grande distribution et de 13 % pour l’agroalimentaire. Il existe une forte concentration des flux sur les ports allemands et secondairement sur Strasbourg et Mulhouse. Le marché « non alimentaire » génère plus d’imports-exports conteneurisés que le marché « alimentaire ». Les flux « non alimentaires » connaissent un fort déséquilibre commercial qui se traduit par des retours de conteneurs (vides) aux ports maritimes d’import. Le ferroviaire exerce une forte concurrence sur le marché conteneur vers Anvers et Rotterdam.

Freins au développement du mode fluvial

Même si elle régresse ces dernières années, il y a une forte culture routière dans ces filières et notamment l’agroalimentaire. On constate une importante déconsolidation en zones portuaires au Benelux. Les flux des entrepôts vers les magasins sont très contraints en délais d’approvisionnement . On constate aussi une atomisation des flux et une faiblesse des flux retours en Alsace.

Enjeux et opportunités

Il faut viser les flux déconsolidés maritimes et continentaux et attirer la logistique du secteur autour des zones portuaires intérieures.

Les perspectives de développement sur le bassin du Rhin

Potentiel du marché et du report modal

Pour la grande distribution, le potentiel de croissance est estimé à 2,8 %/an entre 2010 et 2025. Le marché devrait passer de 90 000 à 130 000 EVP. Pour l’agroalimentaire, la croissance attendue est de 1,6 %/an. Le marché devrait passer de 7,2 à 9,2 millions de tonnes. La part modale devrait rester inchangée (25 %) pour la grande distribution et pourrait passer de 13 à 16 % pour l’agroalimentaire si des actions volontaristes sont menées.

Facteurs de réussites

On constate un développement des services logistiques en zones portuaires afin de gérer le dépotage de conteneurs (si non souhaité en entrepôt) et leur transport jusqu’en entrepôt. Les offres massifiées se doivent d’être compétitives par rapport au routier.

Leviers et actions

Cinq pistes : attirer la consolidation-déconsolidation des flux en zones portuaires intérieures, développer l’offre de transport terrestre conteneur (port vers entreprôts), optimiser les connexions routières aux ports, concentrer les points de distribution (entrepôts) autour des zones portuaires et, enfin, accompagner le développement du 45’PW et des conteneurs à température dirigée sur les plateformes portuaires intérieures.

Filière Grd Distri+Agro-VC1.2